Email this to someonePrint this pageShare on VKShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookPin on Pinterest

Arnaud Vigier: cavalier international de saut d’obstacles

Arnaud Vigier, 

une belle foulée d’avance

Arnaud VigierVoir Arnaud Vigier survoler les plus hauts parcours de saut d’obstacles à l’international, sans difficulté ni émotion apparente, suscite chez nous une émotion, empreinte d’admiration pour les performances de ce jeune cavalier.
A l’âge où tant d’autres se demandent encore ce qu’ils feront plus tard, ce jeune dracénois dispose déjà d’une expérience hors commun, y compris en tant que pilote d’hélicoptère lors de son service militaire, et ce, avant de revenir sur la terre à sa passion d’enfance : L’équitation.

Arnaud Vigier A 24 ans seulement, il est déjà un cavalier professionnel, et de 2006 jusqu’aujourd’hui, ses résultats ne font que confirmer son talent et sa capacité à toujours aller plus haut et plus loin en saut d’obstacles.
Pourtant, rien ne le prédestinait à une telle carrière, mais c’est là où réside l’un des secrets de sa réussite, basé sur sa devise: « On ne naît pas champion, on le devient ».

Né le 5 octobre 1991 à Draguignan, Arnaud Vigier a découvert l’équitation à l’âge de 10 mois, lors d’une balade dans les Pyrénées. Rapidement, il s’est tourné vers le saut d’obstacles, en commençant par les petits concours à poney. Très vite, le jeune cavalier se montre très prometteur. Doté d’un incommensurable talent, combiné avec une volonté inébranlable d’y arriver, le jeune garçon progresse à pas de géant, avec les moyens qu’il a à sa disposition : Il n’appartient pas à la famille hippique richissime, mais ses parents partagent sa passion pour le cheval, et le soutiennent sans réserve.

Arnaud Vigier, CSI 5* GCT, au Jumping de Monaco

Arnaud Vigier, CSI 5* GCT Jumping de Monaco

Les choses sérieuses débutent en 2007, lorsqu’Arnaud, agé de 16 ans commence à poindre ses éperons vers une carrière internationale. Plusieurs classements en Grand Prix en 1m35 -1.40 en CSI* s’enregistrent un par un à son registre, tout comme en même temps, il commence à participer régulièrement à plusieurs concours internationaux, tels que les Jumpings de Cannes et Monaco et autres CSO belges et allemandes, où il cumule les classements de ses premières victoires.

Débutant sa carrière du cavalier professionnel aux écuries de Vidauban dans le Var (Domaine Equestre des Grands Pins), Arnaud Vigier n’a pas hésité à partir à l’international pour compléter ses expériences : de 2013 jusqu’à 2014, il «  grave » ses éperons en Allemagne, aux Winter Sales à Vechta, puis au Haras du Hazoy en Belgique, sans oublier un passage par la Normandie aux écuries de José Berenhole. « Les voyages forment la jeunesse » dit le vieux dicton et c’est de retour dans le Var qu’il s’est lancé dans le nouveau projet de créer ses propres installations.

Arnaud Vigier & Myriam RanchonProjet ambitieux pour son jeune âge, mais Arnaud n’est pas plus habitué à reculer devant des obstacles, que devant les obstacles de la vie ou des affaires. Après un planning réfléchi et soutenu par sa famille, il s’installe à son propre compte en janvier 2015, en tant que moniteur responsable du Pôle de Draguignan dans le Var, où il travaille de concert une autre cavalière émérite, Myriam Ranchon, cavalière du dressage du haut niveau.

Aujourd’hui, Arnaud Vigier monte une dizaine de chevaux par jour, et gère avec beaucoup de succès le Pôle des sports équestres dracénois, qui contribue brillamment aux rayonnement de la commune et du département varois, dont il est natif.

Malgré l’handicap majeur d’avoir repris une écurie où « il n’y avait presque rien et tout à refaire », Arnaud Vigier se lance dans un projet, certes assez risqué pour un jeune cavalier. Mais en l’espace d’une année, le Pôle des sports équestres se métamorphosa et ce n’est que le début!

Aujourd’hui, Arnaud Vigier se consacre à la mise en valeur des jeunes chevaux, participe aux nombreux concours à l’international et exploite l’école d’équitation, en la mettant en valeur la région varoise, qui s’y prête à merveille.

Par Antoinette Champclos

Autres articles: