Email this to someonePrint this pageShare on VKShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookPin on Pinterest

F1 : 74e Grand Prix de Monaco

F1 : 74e Grand Prix de Monaco

Thierry Revel, un champion aux commandes
de la conciergerie de l’Hôtel de Paris Monte-Carlo

Thierry Revel, heureux chef concierge de l'Hôtel de Paris Monte-Carlo, et président des Clefs d'Or France, l'élite de la conciergerie hôtelière mondiale. Fin prêt pour le 74e Grand Prix de Monaco.

Thierry Revel, heureux chef concierge de l’Hôtel de Paris Monte-Carlo, et président des Clefs d’Or France, l’élite de la conciergerie hôtelière mondiale. Fin prêt pour le 74e Grand Prix de Monaco.

A peine le fameux premier virage de Sainte-Dévote franchi les pilotes du Grand Prix F1 de Monaco foncent dans la montée de Beau Rivage à 275km/h, pour aborder le virage de Massenet en réduisant leur vitesse de plus de 100km/h en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, et la folle enfilade gauche-droite du Casino de Monte Carlo.
Sous les regards médusés et admiratifs de quelques privilégiés installés aux premières loges du Grand Prix F1 de Monaco, chaque course est magique. Dans le hall de l’Hôtel de Paris Monte-Carlo règne, discrètement mais toujours efficacement Thierry Revel, le Chef concierge du fleuron hôtelier du Groupe Monte-Carlo Société des Bains de Mer (SBM).
Un parisien aux commandes de la conciergerie de l’Hôtel de Paris, quoi de plus normal, mais pas n’importe quel concierge, puisqu’il préside depuis le mois de mars dernier l’Union nationale des concierges d’hôtels « Les Clefs d’Or ». Ces fameuses clefs, aux mains de l’élite des concierges de par le monde, censées être en mesure d’ouvrir toutes les portes ou presque…
A la veille d’un 74e Grand Prix de Monaco qui promet d’être servi chaud-brûlant, nous avons rencontré M. Revel, grâce à Julien Gabin, lui-même concierge Clefs d’Or à l’Hôtel Hermitage, autre fleuron de Monte-Carlo Société des Bains de Mer.
Visiblement très occupé en ce début de semaine du 74e GPF1, car sans cesse sollicité, par des clients dont il sait « répondre aux moindres attentes » et pour lesquels il « trouve toujours la solution la mieux adaptée », Thierry Revel, 56 ans – marié à Micheline, avec qui il a eu deux enfants -, est un pilier de cette référence mondiale de l’hôtellerie de luxe.
Solide ambassadeur du lieu, il en parle à mots pesés. Tel un champion évoquerait son équipe. Celle avec laquelle il truste les lauriers depuis des décennies, sous le regard d’un bronze de Louis XIV rayonnant à cheval.

Thierry Revel, et le fameux Louis XIV à cheval situé à l'entrée du hall del 'Hôtel de Paris Monte-Carlo. Dont la caresse de l'une des pattes porte chance. Les pilotes du 74e Grand Prix de Monaco devraient le savoir...

Thierry Revel, et le fameux Louis XIV à cheval situé à l’entrée du hall del ‘Hôtel de Paris Monte-Carlo. Dont la caresse de l’une des pattes porte chance. Les pilotes du 74e Grand Prix de Monaco devraient le savoir…

« La chance, il est parfois tout simple de la provoquer ! »
– Vous souvenez-vous comment vous vous êtes retrouvés en Principauté de Monaco ?
« Evidemment ! J’avais 24 ans et je venais de terminer mon service militaire. Une relation avait besoin d’un réceptionniste à Monaco, à l’Hôtel Alexandra, en lieu et place duquel il y a désormais une banque. J’ai trouvé la Principauté attrayante et j’ai distribué quelques curriculum vitae ici et là… Et la SBM m’a appelé. La chance, il est parfois tout simple de la provoquer !
« Je suis donc arrivé à l’Hôtel de Paris voici plus de 30 ans, et j’en suis le Chef concierge depuis 2010. Mais mon premier métier était un peu différent, car j’ai débuté en qualité de « night audit », c’est à dire au contrôle de nuit des comptes de l’hôtellerie de la SBM. Et c’est ainsi que j’ai découvert le métier de la conciergerie… »
Plus de 4000 collaborateurs au sien de la SBM, dont 250 à l’Hôtel de Paris Monte-Carlo
– Aujourd’hui vous êtes connu et reconnu dans le métier, au point de présider les Clefs d’Or de France. Ce qui fait de vous un personnage incontournable ?
« Je ne suis pas un personnage, encore moins incontournable ! J’ai simplement la chance d’être un employé parmi d’autres, nous sommes 250 à l’Hôtel de Paris et il y a plus de 4000 collaborateurs au sein de cette belle entreprise qu’est la SBM.
« Je suis évidemment heureux de faire ce métier sinon je serais déjà parti. Cela renforce l’idée selon laquelle il faut faire un métier qu’on aime ! »
« Le premier Grand Prix est impressionnant… »
Pour vous, que représente le Grand Prix F1 de Monaco ?
« Le premier Grand Prix F1 est impressionnant, le deuxième un peu moins… Mais c’est toujours un bon moment. Il y a, pendant cette période beaucoup de monde, et beaucoup de pression pas seulement dans les écuries de course et chez les pilotes.
« Il faut gérer les demandes des clients, toutes les demandes, de la même façon que lorsque l’ambiance est feutrée mais dans le bruit. Pour nous, c’est une semaine complète car nous sommes en action bien avant la première journée d’essais du jeudi. Il y a toujours de grands moments d’émotions partagés. »
« Comme un manager qui joue la carte de la stratégie pour gagner »
– Si votre vie était à refaire, changeriez-vous quelque chose en particulier ?
« Si c’était à refaire ? Je referais la même chose sans hésiter. Et que pourrais-je changer ? Sincèrement je ne sais pas, donc rien!
« Quand on travaille et l’on vit au milieu du luxe et de la richesse, la première qualité est de savoir rester soi-même et à sa place en gardant les pieds sur terre. D’ailleurs, les clients fortunés savent aussi se régaler d’un pîzza tomate-mozzarella.
« Dans la pratique du métier de concierge comme dans bien d’autres, on constate à chaque instant qu’il n’y a pas que le contenu mais aussi le contenant.
« J’ai la chance d’avoir plutôt un caractère calme, parfois ça bout à l’intérieur mais il faut raison garder. Un peu comme un team manager qui joue la carte de la stratégie pendant une course afin de la gagner… »
« L’Hôtel de Paris ? Un lieu incontournable ! »
– Quelles sont les trois raisons fondamentales qui font de vous un chef concierge heureux à l’Hôtel de Paris ?
« Tout d’abord parce que Monaco est un beau pays, qui regroupe sur 2,5km2 tout ce que l’on peut trouver ailleurs dans des espaces immenses, de l’Opéra avec son ochestre au Grimaldi Forum, en passant par des lieux de rencontres populaires.
« Ensuite, la sécurité dont chacun bénéficie au sein de la Principauté est un élément extrêmement important pour la qualité de vie de tout un chacun au quotidien.
« Enfin, l’Hôtel de Paris ! Mythique pour tous nos clients, un lieu incontournable pour les plus beaux rendez-vous à Monte Carlo. J’ai hâte de retrouver notre grill à ciel ouvert au 8e étage, un lieu de rencontre et de découverte à ciel ouvert, avec une vue imprenable sur le Grand Prix F1 de Monaco ! »

Charles-Bernard ADREANI
Photos : CBA

Autres articles: