Email this to someonePrint this pageShare on VKShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookPin on Pinterest

Nouvelle exposition à Moscou de la Fondation culturelle « Ekaterina »

La collection de Ekaterina et Vladimir Semenikhin. Favoris. 2000-2005

Exposition de la fondation culturelle "Ekaterina"Une des évènements les plus intéressants de cette saison a lieu à Moscou, du 28 janvier au 31 juillet 2016. Cette nouvelle exposition d’Ekaterina et Vladimir Semenikhin, collectionneurs et célèbres mécènes d’Art, disposent d’une des plus grandes collections privées de l’Art russe à ce jour.

Cette nouvelle exposition a été conçue comme une extension du programme d’expositions de la Fondation « Ekaterina ». Elle est consacrée à l’histoire et aux origines de l’Art contemporain russe, et notamment, à des projets tels que  » Champ d’action « ,  » Appel de l’URSS est permis « ,  » La reconstruction 1,2 «  et  » Dans le champ visuel. » Ces compositions se déclinenent en différentes versions et matériaux, couvrant la période des années 1960 à 1990s.

Exposition EkaterinaL’exposition est consacrée à la période très récente 2000 -2010, considérée depuis quelques temps est comme l ‘« âge d’or » de l’Art contemporain russe, correspondant à une phase de prospérité importante du marché de l’art en Russie, avec l’émergence de plusieurs galeries et d’artistes russes sur la scène internationale, tout comme de fondations et de musées privés. Ce fut aussi le temps où acheter et présenter des œuvres de l’Art contemporain devint à la mode. C’est durant cette période qu’Ekaterina et Vladimir Semenikhin ont réussi à acquérir un important corpus d’œuvres de grands artistes nationaux. À la fin des années 1990, et au début des années 2000, ils ont commencé à acquérir des œuvres d’auteurs contemporains. Les collectionneurs ont entamé une collaboration avec d’importantes galeries et des artistes russes de renom, pour participer activement à des ventes aux enchères.

Grâce à cette collection exceptionnelle, on peut voir comment les goûts et les centres d’intérêts des collectionneurs ont évolué, sachant que si quelques acquisitions étaient évidentes et facilement compréhensibles, d’autres furent plus intuitives, et certaines d’entre elles représentèrent des expériences franches et audacieuses, et même dans une certaine mesure, une totale aventure. Cependant, la plus grande collection russe peut être considérée comme l’une des plus représentatives de par ses œuvres et, dans une certaine mesure, n’est pas inférieure à d’autres collections de musée. Beaucoup d’œuvres acquises à cette époque-là sont devenus, ensuite, la « carte de visite » de l’Art contemporain russe, et elles ont été montrées dans de nombreuses expositions, y compris dans des musées principaux, en Russie, et à l’étranger, en commençant par le projet d’exposition célèbre du musée Guggenheim  » Russie ! « ( 2005-2006.).

Fondation Ekaterina ExpositionL’exposition est divisée en deux parties de cinq ans. Les œuvres montrées dans la première ont été acquises en 2000 -2005 dans des galeries russes, les plus importantes de cette période pour ces artistes. Dans les salles du premier étage, on présente les travaux des plusieurs artistes de l’ancienne génération – ce sont des œuvres de Erik Bulatov, Oleg Vasiliev, Vladimir Yankylevsky, Alexander Kosolapov.

Après, l’organisation des galeries d’expositions suit la logique proposée par Elena Selina, dans le cadre du projet « La Reconstruction ». Au premier étage, sont exposées des œuvres de la galerie « Cinéma » et Fine-Art, représentée par les artistes bien connus de leur génération. L’exposition au deuxième étage commence par Aidan-Gallery, suivi par XL et Regina. Sur le troisième étage, place est faite à l’une des installations clés de Sergei Shekhovtsov « Cinéma », se prolongeant par la ligne de « Regina », puis avec des œuvres provenant de la galerie de Marat Gelman, VP-Studio, E.K.ArtBuro, des galeries de Saint-Pétersbourg D-137 et finalement de la galerie de Marina Gisich, avec qui la coopération débuta en milieu des années 2000.

A ne rater sous aucun prétexte !

Par Antoinette Champclos

Autres articles: