Email this to someonePrint this pageShare on VKShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookPin on Pinterest

WRC : 83e Monte-Carlo

Ogier gagne, trois Volkswagen 

trustent le podium à Monaco

Ogier-Ingrassia, Latvala-Anttila et Mikkelsen-Floene, ont franchi dans cet ordre la ligne d'arrivée du 83e Rallye Monte-Carlo à bord de leurs nouvelles Polo-R WRC, histoire d'offrir un triplé historique à Volkswagen. Photo : RLIM

Ogier-Ingrassia, Latvala-Anttila et Mikkelsen-Floene, ont franchi dans cet ordre la ligne d’arrivée du 83e Rallye Monte-Carlo à bord de leurs nouvelles Polo-R WRC, histoire d’offrir un triplé historique à Volkswagen. Photo : RLIM

Si Volkswagen était arrivé au 83e Rallye Monte-Carlo avec encore quelques petites incertitudes sur l’évolution de la Polo-R WRC, la deuxième victoire consécutive des doubles champions du monde Sébastien Ogier et de Julien Ingrassia en Principauté, mais aussi le triplé VW historique de VW sur le podium, ont balayé tous les doutes.

Compétition inaugurale de l’année des 125 ans de l’ACM (Automobile club de Monaco), le 83e Rallye Monte-Carlo, premier des 13 rounds du championnat du monde WRC 2015, a encore et toujours connu un engouement populaire, tant en Principauté qu’à Gap et dans les Alpes, sur 1400km de routes dont 355km d’épreuves spéciales.

Ce matin, il y avait encore la foule des grands jours au col du Turini, pour l'avant dernier chrono du Monte-Carlo 2015. Photo : RLIM

Ce matin, il y avait encore la foule des grands jours au col du Turini, pour l’avant dernier chrono du Monte-Carlo 2015.
Photo : RLIM

Pour anticiper au niveau de la sécurité du public, la présence de trop nombreux spectateurs dont l’enthousiasme débordant les faisait s’installer hors de zones de sécurité , la direction de course était contrainte d’annuler la 9e spéciale chronométrée – le premier passage dans Prunières-Embrun samedi matin – et de laisser les concurrents partir vers Lardier- et-Valenca puis Faye, un monument de plus de cinquante kilomètres à l’assaut des chronomètres.

Pour garder l'influx tout au long de ce Rallye Monte-Carlo, Sébastien Loeb ne s'était pas rasé. Et sa participation, toujours associé à Daniel Elena, était tout sauf "barbante". Pas pas ce one shot des nonuples champions du monde auxquels Citroën n'a pas véritablement trouvé des successeurs... Photo : RLIM

Pour garder l’influx tout au long de ce Rallye Monte-Carlo, Sébastien Loeb ne s’était pas rasé. Et sa participation, toujours associé à Daniel Elena, était tout sauf « barbante ». Pas pas ce one shot des nonuples champions du monde auxquels Citroën n’a pas véritablement trouvé des successeurs… Photo : RLIM

Kubica entre scratches et crashes…

Les choix de pneumatiques conditionnaient une grande partie des performances dans ce long chrono. Le furieux polonais Robert Kubica (Ford Fiesta WRC) qui allait à quatre reprises s’avérer le plus rapide de tous en chaussant notamment quatre pneumatiques super tendres pour ces 50 bornes d’anthologie dans les Haute-Alpes, agrémentait tout de même sa course de deux sorties de route…

Entre temps scratches et crashes il s’en donnait à coeur joie et faisait le spectacle et enthousiasmait les passionnés. Mais l’on peut se demander si l’ex-pilote F1, déjà miraculeusement sorti vivant d’un grave accident en Italie n’en fait pas trop. D’autant qu’il n’a plus 100% de ses capacités physiques. Au rythme auquel il attaque en permanence les miracles ne sont pas permanents !

Cinq scratches : Loeb meilleur performer

Aujourd’hui, afin de boucler la boucle, la dernière étape Monte-Carlo était une boucle Monaco-Monaco, avec un départ au lever du jour pour un premier passage dans Col Sain-Jean – St Laurent, puis La Bollène Vésubie – Sospel avec le célèbre Col de Turini, et, pour finir, un ultime passage Saint-Jean – Saint-Laurent pour la « Power Stage » à l’heure du déjeuner. Cette dernière revenant à Meeke.

Avant que les rescapés ne rejoignent Monaco, puis les lauréats l’esplanade du Palais Princier en tout début d’après-midi.

Grâce à une attaque de tous les instants, le Norvégien Mads Ostberg et le Suédois Jonas Andersson ont finalement été le meilleur équipage à bord d'une DS3 WRC: 4es au pied du podium du tiercé Volkswagen. Photo : RLIM

Grâce à une attaque de tous les instants, le Norvégien Mads Ostberg et le Suédois Jonas Andersson ont finalement été le meilleur équipage à bord d’une DS3 WRC: 4es au pied du podium du tiercé Volkswagen. Photo : RLIM

Pour l’anecdote qui n’en est pas une, notons que le meilleur performer du 83e Rallye Monte-Carlo a été Sébastien Loeb, auteur de cinq temps scrach et même pas démotivé par sa sortie de route dans laquelle il endomagea une roue vendredi soir.

L’Alsacien a porté – associé à son inséparable copilote et compère monégasque Daniel Elena – le nombre record de meilleurs temps en championnat du monde des rallyes à 905 et amélioré son record en WRC (World rallye cars) avec un score de 1623 points.

 

Le plaisir de l’un, le challenge de l’autre

Pour Sébastien Loeb : « Le plaisir était là ! Nous avons bien retrouvé le rythme et la DS 3 WRC était parfaite. Lorsque nous sommes partis dans la première spéciale, c’était comme si nous n’avions jamais arrêté avec Daniel (ndlr : Elena) ! J’ai été agréablement surpris par le feeling et par nos temps dès le départ. Les deux premières étapes ont néanmoins été très compliquées, mais il fallait attaquer en nous élançant en 14e position. Nous n’avons pas été avantagés par les conditions et une petite faute nous coûte cher. Mais ça n’enlève rien au plaisir pris. Nous avons vécu plein de bons moments. C’était vraiment une belle expérience pour Daniel, à domicile, et pour moi ! »

Lauréats en Principauté en 2009 à bord d’une Peugeot 207 S2000 lorsque le Rallye Monte-Carlo était disputé en IRC, le Gapençais Sébastien Ogier et l’Aixois Julien Ingrassia doublent la mise après leur victoire de l’an passé, déjà sur une VW Polo, et ils entament donc de la meilleure manière qui soit leur saison à l’assaut d’une troisième couronne mondiale en WRC : « Gagner le Monte-Carlo est toujours important pour un pilote, commentait Ogier. Cette année, c’était très piégeux, ce fut un gros challenge et j’en suis d’autant plus heureux ».

Avec sa 10e place, le Britannique Kris Meeke permet à Citroën d'amener dans ce Rallye Monte-Carlo ses trois DS3 WRC dans le Top 10 du premier round du mondial WRC. Photo : RLIM

Avec sa 10e place, le Britannique Kris Meeke permet à Citroën d’amener dans ce Rallye Monte-Carlo ses trois DS3 WRC dans le Top 10 du premier round du mondial WRC. Photo : RLIM

Le classement final du 83e Rallye Monte-Carlo

  1. Sébastien Ogier / Julien Ingrassia (Volkswagen Polo R WRC) 3h36’40’’
  2. Jari-Matti Latvala / Miikka Anttila (Volkswagen Polo R WRC) à 58’’
  3. Andreas Mikkelsen / Ola Floene (Volkswagen Polo R WRC) à 2’12’’
  4. Mads Østberg / Jonas Andersson (DS 3 WRC) à 2’43’’
  5. Thierry Neuville / Nicolas Gilsoul (Hyundai i20 WRC) à 3’12’’1/10e
  6. Dani Sordo / Marc Marti (Hyundai i20 WRC) à 3’12’’6/10e
  7. Elfyn Evans / Daniel Barritt (Ford Fiesta RS WRC) à 5’23’’
  8. Sébastien Loeb / Daniel Elena (DS 3 WRC) à 8’34’’
  9. Martin Prokop / Jan Tomanek (Ford Fiesta RS WRC) à 9’54’’
  10. Kris Meeke / Paul Nagle (DS 3 WRC) à 10’55’’

Les leaders du 83e Rallye Monte-Carlo : de la première à la sixième épreuve spéciale chronométrée, Sébastien Loeb ; du 7e chrono à l’arrivée, Sébastien Ogier.

Classement du championnat du monde WRC des pilotes

  1. Sébastien Ogier, 25 points ; 2. Jari-Matti Latvala, 19 points ; 3. Andreas Mikkelsen, 15 points ; 4. Mads Østberg, 12 points ; 5. Thierry Neuville, 10 points ; 6. Dani Sordo, 8 points ; 7. Elfyn Evans, 6 points ; 8. Sébastien Loeb, 6 points ; 9. Kris Meeke, 4 points ; 10. Martin Prokop, 2 points

 

Classement du championnat du monde WRC des constructeurs

  1. Volkswagen Motorsport, 43 points ; 2. Hyundai Motorsport, 20 points ; 3. Volkswagen Motorsport II, 15 points ; 4. M-Sport World Rally Team, 9 points ; 5. Citroën Total Abu Dhabi World Rally Team, 8 points.

Charles-Bernard ADREANI

Autres articles: